Quelle isolation phonique choisir ? Tous les types d’isolation phonique

Certaines personnes souhaitent une maison plus calme à l’abri des voisins bruyants. Il en est de même pour les entreprises qui ont besoin de réduire l’impact du bruit environnant pour travailler en toute tranquillité. L’isolation acoustique consiste à contrôler de manière efficace les sons indésirables. Dans cette perspective, il existe de nombreuses solutions permettant d’atteindre un plus grand confort sonore et d’éviter ainsi toutes sortes de désagréments. En effet, il existe d’innombrables matériaux d’isolation acoustique aux différents usages. Certains d’entre eux sont plus efficaces ou plus adaptés que d’autres, selon le type de bruit généré, sa source, la structure du bâtiment, la structure du mur, etc.

isolation phonique

Les chiffres des nuisances sonores en France et leur impact sur le quotidien des Français

Selon le dernier bilan de l’ADEME et du Conseil National du Bruit du 22 juillet, la pollution sonore cause au moins 156 milliards d’euros de pertes en France chaque année. Le bilan français du coût social du bruit montre que les nuisances sonores touchent chaque jour 26 millions de Français, ce qui a un impact sur leur santé et leur bien-être.

« Les nuisances sonores sont un enjeu de santé publique. Cette question n’a pas été pleinement prise en compte », a regretté Laurianne Rossi, présidente de la Commission Nationale du Bruit (CNB) et membre de l’Assemblée Provinciale de la Haute Seine (LREM). Par conséquent, le rapport qu’elle a établi évalue le bruit en fonction de son coût pour la société. Les charges non sanitaires du marché ont atteint 21,4 milliards d’euros, ce qui correspond aux coûts d’amortissement des immeubles, de surveillance et de réduction de la pollution sonore. Cette dernière a donc un prix pour la société en raison de son impact sur l’état physique des individus.

Johan Ransquin, directeur de l’Adaptation, de l’Aménagement et de la Trajectoire bas carbone à l’ADEME, a expliqué : « Les coûts du bruit sont divisés en coûts de santé marchands, c’est-à-dire qu’ils sont directement inclus dans l’assurance maladie et les coûts de santé non marchands, ce qui engendre une perte de bien-être et de longévité ».

Que ce soit au travail ou à la maison, ce genre de nuisances peut avoir un impact sur l’équilibre et le bonheur des individus. Derrière les données économiques se cachent des désagréments directs et des problèmes de santé au quotidien. Résultat : 3,9 millions de Français souffrent de troubles du sommeil, 1,1 million de personnes souffrent de difficultés d’apprentissage et 730 000 personnes souffrent d’anxiété et de dépression.

Parmi les nuisances les plus graves, on trouve celles de la vie quotidienne et surtout la circulation. On estime que cette dernière représente 68,4 % du coût social du bruit, soit 106,4 milliards d’euros par an. Le trafic routier reste la principale cause de nuisances, suivi du passage des avions et des trains. Faute de données, la quantification de l’impact de la pollution sonore dans les quartiers est encore mal calculée. Ce problème est certes connu et accepté, mais il demeure difficile à cerner.

Par ailleurs, la perte de productivité causée par le bruit équivaut à 270 000 années de travail par an. En France, elle est estimée à 16 milliards d’euros par an. La directrice de Bruirparif, Fanny Mietlicki, a souligné l’importance de trouver une solution à ce problème : « Ils doivent changer de paradigme en insistant sur les externalités négatives des nuisances sonores et leur intérêt à améliorer l’environnement sonore ».

Les différents types de nuisances sonores

En acoustique, il y a une multitude de bruits typiques, nous vous présentons les plus répandus :

Bruit d’impact

C’est l’impact physique du bruit sur les bâtiments ou les matériaux solides. Il se produit lorsqu’un objet heurte un autre objet générant un son. Un exemple courant est l’impact des pas sur le sol. Ce dernier crée un son qui est transmis à travers le sol.

Bruit aérien

Il est transmis par l’air et se répand, d’une certaine manière, dans l’atmosphère. Il est ressenti comme si des personnes parlaient ou comme le son de la télévision, des aboiements de chiens, etc. Lorsque les ondes sonores voyagent dans l’air et atteignent un élément de construction, elles le frappent causant ainsi des vibrations.

Bruit à l’état solide

Il s’agit de transmissibilité du bruit à l’état solide. Par exemple : bruit de chaufferie, d’ascenseur…

Bruit environnemental

Il est défini comme un son extérieur indésirable ou nocif créé par l’activité humaine. Il s’agit notamment du bruit émis par les moyens de transport, le trafic routier, ferroviaire et aérien ainsi que l’activité industrielle.

Qu’est-ce que l’isolation phonique ?

Le son se propage sous la forme d’un changement de pression généré par la source sonore. Il se déplace parmi les médias compressibles comme l’air ou l’eau. L’isolation acoustique est une mesure permettant d’empêcher les ondes sonores de s’infiltrer. Elle consiste à calculer le pourcentage de perte de transmission qui s’exprime par la différence de décibels entre le son incident et le son imprégné. Plus le chiffre est haut, plus l’isolation est pertinente.

L’isolement acoustique, également connu sous le nom d’insonorisation, est important pour diverses raisons. La cause principale est d’empêcher le bruit de déranger d’autres personnes chez vous ou à l’extérieur de votre maison ou appartement. Dans une pièce, le bruit de fond est généralement dans les 50 dB. Si le son dépasse les 75 voire 80 dB, il devient gênant et invasif. D’un autre côté, certaines grandes implantations Hi-Fi arrivent à dépasser facilement les 120 voire 160 dB. Il est nécessaire à ce moment-là d’avoir les moyens nécessaires pour assurer un meilleur confort sonore.

Utilisée dans tous les types de bâtiments, lisolation des murs offre un certain niveau d’absorption acoustique. En effet, elle augmente la masse du mur, aidant ainsi à atténuer les sons qui le traversent. La différence entre l’isolation acoustique et celle dite phonique est que la 1re permet d’empêcher la propagation de tout bruit et la 2e consiste à se protéger uniquement contre le bruit humain.

L’insonorisation peut être obtenue par les techniques suivantes :

  • La Déviation : La déviation du son est obtenue en ajoutant de la masse et de la densité à toute structure comme les murs, le sol ou le plafond. Tous les matériaux solides qui ont une consistance épaisse et sont denses ou un peu lourds, peuvent aider à obtenir de bons résultats.
  • L’Absorption : Elle concerne les types de matériaux tissés à cellules ouvertes tels que l’isolation de cavité en laine de roche. Cette dernière absorbe l’énergie acoustique qui y pénètre.
  • Le Découplage : Le principe du découplage consiste à réduire la zone de liaison mécanique directe entre le substrat ou la structure (un mur par exemple) et les matériaux de finition.
  • La Conversion thermique : elle est obtenue à travers un matériau qui agit en convertissant l’énergie sonore en trace d’énergie thermique.
  • L’Amortissement de couche contraint : C’est une technique consistant à utiliser des matériaux spécifiques dans des rapports particuliers pour réduire les fréquences de résonance naturelles dans une structure. De cette façon, on minimise les transmissions latérales résultantes d’un côté de la maison à l’autre.

Les différents éléments d’un logement qui peuvent être isolés phoniquement

Quel que soit le type de logement, les éléments suivants doivent être isolés phoniquement pour un meilleur confort acoustique.

Les fenêtres

Vous aurez besoin d’un double ou d’un triple vitrage pour bloquer efficacement le son. Les fenêtres qui en contiennent empêchent tout son de les traverser. En effet, l’air ou le gaz compris dans le vitrage renforcé permet de minimiser le passage de vibrations émises d’une implantation stéréo ou d’un home cinéma. Ainsi, lors de l’utilisation de double vitrage, la majeure partie de l’énergie sonore sera perdue dans la transmission entre les différents supports.

Les murs

Selon l’étape de construction dans laquelle vous vous trouvez, l’amélioration de l’isolation acoustique des murs peut être relativement facile ou très difficile. Le fait d’insérer des éléments supplémentaires permet d’isoler différentes parties les unes des autres. Ainsi, en empêchant la transmission du son entre elles, on obtiendra un impact plus ou moins important sur les performances acoustiques.

C’est dans cette perspective que certaines améliorations peuvent être effectuées. Cependant, il peut y avoir des problèmes épineux avec les murs, ce qui permettra au bruit structurel de continuer. Dans le cas particulier des murs mitoyens, l’isolation phonique doit être choisie avec soin.

Le plafond

Les plafonds sont généralement plus faciles à isoler car ils sont accessibles, quelles que soient les conditions dans lesquelles se trouve votre maison. Cependant, même le plafond présente certains problèmes, notamment les systèmes de tuyauterie et la ventilation, etc., où le bruit des parois latérales passera. Pour plus de détails, consultez notre page dédiée aux meilleurs isolants phoniques pour le plafond.

Les portes

C’est un élément difficile à insonoriser. Les portes pleines fonctionnent certes légèrement mieux que les creuses, mais il demeure difficile de choisir le bon modèle. Sachez que la majeure partie de la transmission du son provient du bord non scellé. Si vous arrivez à bien la sceller, votre porte peut bloquer le son aussi efficacement qu’un mur. Pour une isolation phonique supplémentaire (généralement pour les Home Cinémas), une configuration à deux accès, avec un espace au milieu, est généralement utilisée.

Revêtement de sol et mobilier

La façon dont le bruit se propage dans votre maison dépend dans une large mesure des objets internes qui s’y trouvent. Si vous avez beaucoup de tissus d’ameublement et d’accessoires (comme les tapis et les rideaux), vous remarquerez que le son décroît et se diffuse très rapidement donnant un son « mort ».

Par ailleurs, il est bien connu que les sols solides et denses, tels que le carrelage et le béton, réfléchissent les ondes sonores sous forme d’échos, les faisant rebondir dans la pièce.

Il est donc important de choisir le meilleur isolant phonique possible pour votre sol.

Comment isoler phoniquement les différentes pièces d’une maison ?

Il existe une panoplie de méthodes permettant d’isoler phoniquement les différentes pièces d’une maison. On vous en donne quelques-unes :

Installation de coupe froid

Les portes intérieures n’ont généralement pas de coupe froid, mais en ajouter autour du périmètre de la porte peut aider à étouffer les sons. Le coupe froid en caoutchouc mousse pelable et adhésif forme un joint très étanche. De plus, son prix est abordable et il est facile à installer.

Le feutre est l’un des plus anciens types de coupe froid, il est disponible en rouleaux avec ou sans support adhésif. De même, son coût est raisonnable et il est étonnamment efficace pour bloquer le bruit. Vous pouvez également installer un bas de porte ou un coupe-vent pour sceller l’espace le long du sol.

Pose de suspensions murales

Les surfaces dures, comme les cloisons sèches, les plaques de plâtre et les carreaux, reflètent et amplifient les sons. Les surfaces molles, quant à elles, absorbent les sons rendant les pièces beaucoup plus silencieuses. Il suffit d’appliquer des couvertures épaisses sur les murs. Pratiquement n’importe quel matériau souple fonctionnera, bien que les matériaux épais absorbent mieux que ceux qui sont minces.

Construction d’une bibliothèque murale

Aussi étrange que cela puisse paraître, les bibliothèques peuvent aider à garder une pièce calme. En effet, les étagères remplies de livres créent de la masse et la masse absorbe le son. Assurez-vous simplement de construire votre bibliothèque de manière qu’elle s’étende du sol jusqu’au plafond. Essayez aussi de garder les étagères remplies de livres et de magazines.

Ajout de cloisons

Cette technique de réduction du bruit nécessite un investissement important en termes de temps et d’argent, mais c’est l’un des moyens les plus efficaces d’insonoriser une pièce. Il s’agit de couvrir les murs et le plafond existants avec une couche supplémentaire de cloison sèche de ½ pouce d’épaisseur. Comme protection supplémentaire contre la transmission du bruit, il est important de fixer la nouvelle cloison sèche avec un calfeutrage spécial insonorisant appelé composé amortisseur.

Ajoutons enfin que la chambre, lieu de repos et de tranquillité par excellence, doit faire l’objet d’un soin particulier au niveau de l’isolation phonique. Découvrez donc les meilleures solutions d’isolation phonique pour une chambre.

Les différents matériaux pour l’isolation phonique (laine de verre, laine de roche…)

Si cela ne vous dérange pas d’ajouter un aspect un peu  »industriel » à la pièce, fixez des panneaux insonorisants aux murs et, si nécessaire, au plafond. Les panneaux sont fabriqués à partir de matériaux de qualité supérieure, tels que la laine de verre, la laine de roche, le caoutchouc mousse souple, la fibre de polyester dense et le liège. Consultez notre article dédié pour vous aider à choisir le meilleur isolant phonique.

Isolation en laine de verre

Elle est composée de fibres de verre traité à une température extrême. Elles sont ensuite enfilées pour former un isolant efficace. La fibre de verre crée des poches d’air fonctionnant comme des barricades pour contenir la pollution sonore, étant donné que le bruit et les échos sont transmis par l’air.

Isolation en laine de roche

La laine de roche est issue de la fusion entre la pierre et le verre, tous deux traités de la même manière. Ces matières sont soumises à une transformation drastique en fibres à travers le procédé de la filature. Finalement, on obtient des rouleaux ou des plaques qui possèdent une incroyable capacité en termes d’insonorisation.

Autres types d’isolation

Le son ne rebondit pas seulement sur les murs, il peut également être réfléchi par les sols durs. Si votre pièce a un sol à surface dure (bois, carrelage ou stratifié), la solution la plus simple consiste à poser un tapis pour aider à absorber le bruit. Et, encore une fois, les tapis épais sont plus efficaces que les fins. Achetez également un coussin extra-épais pour une protection acoustique supplémentaire.

Comme vous le savez, le bruit est transmis par les vibrations. Ainsi, toutes sortes de machines ou d’équipement électronique, en plein fonctionnement, produisent des vibrations qui peuvent transférer les sons aux pièces adjacentes. Cela comprend par exemple les haut-parleurs, les appareils électroménagers, etc. Pour amortir les vibrations et rendre une pièce plus calme, placez la machine émettant du bruit sur un morceau épais de mousse caoutchouc dense. Nous pensons notamment à un tapis de gymnastique ou un tapis de stalle pour chevaux.

Il faut savoir que tous ces matériaux d’isolation phonique permettent également d’obtenir une isolation thermique sans travaux supplémentaires.

La réglementation acoustique dans les bâtiments d’habitation

Afin de limiter l’exposition humaine au bruit, il existe différentes réglementations dans le domaine de l’absorption acoustique des constructions. Celles-ci s’adressent à toutes les parties prenantes : les propriétaires d’immeubles, les riverains, les maîtres d’ouvrage responsables des bâtiments et ceux en charge des infrastructures pour le trafic routier ou ferroviaire.

Par ailleurs, les premières réglementations d’insonorisation des bâtiments résidentiels neufs énoncent des exigences d’isolation acoustique. Ces dernières concernent notamment l’isolation entre logements, aux bruits d’impact et à ceux des équipements du bâtiment (ascenseur, système de ventilation). Ces exigences ont été appuyées et complétées par des conditions relatives aux sons générés par l’utilisation d’équipements individuels comme le chauffage et la climatisation. C’est aussi le cas des bruits des espaces extérieurs.

Le règlement qui est actuellement en vigueur a été modifié, dans sa forme, en octobre 1994. Cependant, les critères requis n’ont pas changé.

L’attestation acoustique

Concernant les immeubles d’habitation pour lesquels un permis de construire a été déposé depuis le 1er janvier 2013, le propriétaire est tenu de fournir, à la fin des travaux, une attestation de prise en compte de la réglementation sur le bruit. Cette obligation de certification acoustique est déterminée par l’arrêté du 30 mai 2011 et par l’arrêté du 27 2 012. Tous deux sont relatifs à la certification tenant compte de la réglementation acoustique applicable dans les zones d’habitation urbaines françaises.

Le certificat est basé sur les constatations faites lors de la phase d’étude sur site et pour l’exploitation d’au moins 10 appartements, en se basant sur des calculs acoustiques faits en fin de construction. Les normes acoustiques pour les nouveaux bâtiments incluent des exigences relatives au degré d’isolation d’une installation contre les bruits aériens, de choc et ceux des équipements du bâtiment. La capacité d’absorption acoustique des circulations communes est également prise en compte.